Andélicious, un Artiste engagé !

Andélicious, un Artiste engagé !

with 2 commentaires

Voilà un homme ouvert d’esprit, avec qui j’ai eu le plaisir de discuter afin de vous faire partager son univers Artistique en long et en large.  Oui oui, le « A » majuscule est de rigueur !

Des ritournelles pour marquer le temps, du Son Made in moi.
Ma musique : techno / house*, progressive !


Andélicious, lui-même :

Andélicious, quotidiennement appelé Andrew, un artiste accompli, aux idées bien trempées.

Explication !

Très jeune, il côtoie le monde de la sonorisation de par son père (informaticien, prestataire audiovisuel) et est très vite attire par la musique dite électronique. Laissez à un enfant des logiciels de Musique Assistée par Ordinateur dite MAO, et une quinzaine d’années plus tard, voilà le résultat ! Happé par la French fiesta noche, il s’est rapidement rendu compte que l’ambiance n’était plus tellement à son gout. C’est donc lors des premières co-organisations de soirées qu’un ras-le-bol s’éparpilla collectivement dans les neurones. N’étant pas le seul, une réflexion générale se mit en place, qui permit par la suite de rapprocher plusieurs de ces passionnés. Ayant maintenant tous la même vision de l’événement, c’est comme ça que l’aventure a commence à devenir sérieuse. « Terminé les trucs pourris au fond du champ, on va foutre une grosse claque dans la gueule des teufs qui peuvent se passer ici, c’est notre truc quoi ! » Aussitôt dit, aussitôt fait ! Depuis six ans, il collabore avec une multitude d’assos (dans la France entière) mais il affectionne particulièrement l’asso Rêves Éphémères, avec laquelle il participe a de gros événements dépassant le millier de technoïdes. « Plus de happy, on redescend le BPM, on monte de l’éclairage, quelque chose de beau d’un air nouveau » m’a-t-il transmis à travers le téléphone mobile. Avec son premier camion, il combine son activité d’électrotechnicien et celle de bénévole événementiel pour affiner son expérience, tout ça dans le sud-est de la France. « Je suis autodidacte, maintenant autant technicien de l’électro qu’électrotechnicien. Quand j’regarde mes cours de lycée technique, j’retrouve les mêmes sinusoïdes que sur mes logiciels, que du bonheur de comprendre l’essence même de la sculpture du signal électrique pour créer ces mélodies ! »

Il a joué récemment à Romans, dans la Drôme et a Nantes en Loire-Atlantique. Plusieurs soirées en salle avec certaines célèbres marques de façades son fracassantes. « Ça fait plaisir d’être contacte pour jouer, parcourir la France, être attendu avec une bière fraîche et un repas chaud avant d’offrir au public une représentation. C’est valorisant et gratifiant pour votre travail, en tout cas dans aucun autre boulot ça ne m’était arrivé, mais qui sait ! ». « Pour mixer dans un bar ? OUI. Si c’est en Vendée et l’été, ok, sinon c’est plus cher ! »

Andélicious en studio :

C’est un environnement très confiné et très personnel. Son studio, d’une vingtaine de mètres carrés, est composé de trois parties : cabine de mixage, cabine d’enregistrement et stockage.

Choisi avec soin, son équipement est constitué de plusieurs PC, deux cartes son Prodipe (la première de huit entrées/sorties, plutôt en studio et la seconde de deux entrées/sorties, pour faire une fois couplée, dix entrées/sorties (de la même marque et même gamme, c’est important). Au bout de ces cartes sons, une paire d’enceintes amplifiées pointent le bout de leur membrane, encore du Prodipe mais en huit pouces avec aigus à ruban pour plus de précision. « C’était important pour moi d’avoir les aigus à ruban ».

Il travaille de plus en plus sur softs avec comme contrôleurs le BCF2000 et BCR2000, et un synthé Prodipe usb. Vous l’aurez donc compris, il aime cette marque ! Et pour cause, Prodipe est une marque vendéenne ! Le travail avec les boutiques locales, c’est son truc ! « J’préfère que mes ronds aillent dans une crèmerie d’ici » et c’est respectable ! « On a beau dire, on a beau faire, le résultat des bécanes Prodipe est le même que certaines très grandes marques ! Sauf que là, on n’paye pas le logo. Bien sûr c’est fabrique en Chine, mais je n’suis pas une entreprise. J’me fie à la proximité de mes achats, au prix attractif et aux résultats. Cette marque entre dans tous ces critères». « Quand je suis dans mon studio, je fais la bande-son de ma vie. Le temps que je passe a faire mon son, je n’écoute rien d’autre. Je me cale pendant des heures et le son n’est que du « Made in moi ». Je me plonge dans mon monde pour me divertir du reste.» Voilà une phrase qui mérite d’être claire et qui clôt parfaitement ce chapitre ! Parlons maintenant de ce qui se prépare dans ce studio !

Andélicious l’album :

Terminé et en vente sur bande.fm ou direct artist (par mail) depuis novembre, il est pour lui une façon de concrétiser le travail qu’il fournit depuis près de huit ans dans la plus sombre des ombres. C’est une manière de présenter son style et de le faire entendre a qui veut. Un style qui finalement n’est pas destine à un seul et même public. Andélicious vise l’éclectisme ! Les variantes de BPM permettent à chacun de s’approprier l’un des quatorze morceaux de cet album ou plusieurs ! Il est pour ma part très réussie ! Réussi au niveau production bien entendu, mais aussi parce qu’il est intelligemment fait ! Les morceaux sont réduits et remixes pour rester accessibles. Mais comme tout Artiste qui se respecte, il laisse toujours son coup de patte qui fait bien dire que c’est lui le compositeur de ce travail profond et personnel !

Il m’a confié que pour ce premier opus, l’auto-production était maître-mot ! L’intervention d’un studio extérieur a été utilisé pour le mastering et le pressage. Mais la encore, le hasard n’avait pas sa place ! Il a bossé avec des personnes qu’il affectionne tout particulièrement, a savoir Jef F. de WooDBox Studio a Bouféré (85) qui, d’après ce que j’ai compris, utilise une des fameuses consoles de la marque Trident ! « Pour la qualité finale, y’a le grain anglais de cette console ! », et H.P. MOUSSET de Wiseband (85) pour la diffusion numérique. Pour finir ce paragraphe, je vous affiche une phrase qui m’a donné le sourire : « Je peux sortir un album demain, j’ai presque une centaine de morceaux ! » Et bien allons-y !
Depuis cette sortie, il a commencé de nombreux morceaux. De bonnes influences auraient fait apparition depuis la naissance de sa petite.

Andélicious sur scène :

Andélicious s’exprime à coup de rythmes et de synthés arpégés, avec des mots et des phrases bien à lui ! Acteur d’un live d’une bonne heure, il joue ses morceaux qu’il a pris soin de retravailler afin que ceux qui connaissent l’album n’aient pas l’impression de le réentendre. Avec à chaque fois, de nouvelles petites interactions histoire que la monotonie ne soit pas de la partie. Le set n’est pas entièrement séquencé, afin qu’il puisse profiter pleinement de sa scène et de son public. Quand je vous dis que c’est un artiste accompli, je ne raconte pas n’importe quoi ! Équipé de deux bécanes de marque Behringer, à savoir une CBR2000 et une CBS2000 suivi d’une petite carte son. Il s’éclate avec ses logiciels pour nous faire partager un univers personnalisé traversant des émotions différentes. Pour ma part un véritable voyage. « Je veux faire partir les gens avec moi. Je ne veux pas faire groover le public bêtement à coup de beats qui ne viennent pas de moi, je veux les faire rêver. Je préfère apporter de l’évasion plutôt que du gros débit de boisson, pour l’instant ». « Mon live c’est ça, un gros mégamix de mes morceaux en mode Bootleg. Toutes les semaines, je le change. Le jour de mon live, rien n’est encore figé ! »

« Je peux faire du deejaying, j’peux jouer des heures de zik en soirée avec un nouveau morceau toutes les minutes ! Je fais parfois ce que j’appelle des « triolets », je mélange trois sons ensemble. J’ai des centaines de ziks complètement différentes et j’essaie de les associer. Je mélange, coupe, sample, mixe en restant sur une fondamentale techno progressive. J’mets tout à la sauce techno !! »


Après vous avoir présenté l’homme qu’est Andélicious, voilà quelques questions que j’ai voulu lui poser pour comprendre certains pourquoi de leur comment.

Tu t’es mis aux Remix à un certain moment, pourquoi ?

« Je ne savais pas quoi foutre de ma conscience musicale, donc j’ai fait le mouton. »
Il m’a annonce la sortie d’un remix de la bande son du film « les Profs » et un remix d’une reprise acoustique des Daft Punk par Dauthor Uncle du célèbre morceau Get Lucky. Avec une note électro sans trop être techno non plus. « Pour moi c’est le plus beau remix de Daft Punk ! C’est tout cool, j’ai pas eu envie de le casser ! Marquer le temps, et garder le grain instru. Ça sort bientôt bientôt! »

Si tu avais à présenter ton environnement musical en trois mots ?

Travail, Mélancolie, Évasion.

Quelles sont tes influences ?

Illimitées !! J’écoute de tout. J’ai horreur de la country, mais parfois c’est justement ce que je recherche. Dans tout style musical, il y a des mecs qui me touchent, et ça c’est important. Je n’me mets pas de barrière ! J’écoute une radio locale, Graffiti Urban Radio, ils me font découvrir une diversité de choses ! Du coup ça m’inspire, je pars sur un accord et c’est parti pour des heures de studio ! Il pourrait y avoir une pluie de météorites ou n’importe quoi d’autre qui me tombe dessus, je suis tellement plongé ailleurs que ça en deviendrait le cadet de mes soucis.

Projets futurs ?

Carrément. Poster régulièrement mes morceaux sur mon soundcloud. J’espère la sortie de mon live 2014 et éventuellement un autre album. À voir pour de la coproduction et pourquoi pas monter un spectacle, ce serait cool des lights, du VJ, une histoire…

Des attentes pour cette année ?

Important ! Des dates, des contacts, des idées, construire une (bio)machine associée à du sound design, mais surtout pouvoir vivre pleinement de ce que j’aime en arrêtant d’écumer les petits boulots en électrotechnique, et plutôt en associant mes compétences dans ce domaine à l’événementiel ou autres projets artistiques. Depuis que j’expérimente, j’ai appris, compris et assimile plein de choses, du coup j’ai encore plus envie de mettre tout ça en relation. Ah, la soif de connaissance fait que je m’intéresse à tout, je suis manuel et pas trop mal habile. Bref je cherche un moyen d’associer toutes mes compétences à un travail plus concret.

Coups de cœur du moment (artistes ou morceaux) ?

Neelix (genre trance progressive)., un mec qui me fait bander. Mille cultures pour remixer tout et n’importe quoi à la sauce trance progressive ! Il fait n’importe quoi et ça démonte ! J’aime les trucs hyper progressifs et travaillés. Prendre le temps d’écouter un morceau, ça devient difficile avec l’affluence d’internet et mes compos.
Ensuite SALM (Schubert à la mode), Tetra de Sebastian, Vitalic, Deadmau5 et les autres.

Que penses-tu de la scène techno en ce moment ?

La scène techno, elle est comme elle est, ça dépend d’où on se place. Déjà y’en à une ! Elle s’est démocratisée mais on perd le message de base (dommage, on n’changera pas l’monde). C’est devenu un effet de mode alors que c’était plus un état d’esprit associé d’idéaux suivis d’un mode de vie, et parfois même investi d’un style vestimentaire particulier, ce serait apparemment une culture me correspondant.


C’est déjà fini ?!!
 Et oui, il y en avait des choses à dire !
Artiste à suivre !

Mail Contact/book : andelicious@live.fr
Andelicious on Soundclound / Facebook/ Youtube one love, one fuck!

*Définition – Techno/house, progressive :

  • En punk à chien : c’est d’la merde !
  • En vieux : ça fait boum boum boum boum boum mais pas tout le temps !
  • En clubbeur : c’est d’la trance !
  • En tranceux : c’est du club !
  • Andélicious : musique colorée, influencée par des rythmes techno et house généralement binaires.
Bref, le mieux c’est d’écouter sur https://soundcloud.com/andelicious ou http://www.band.fm/andelicious
 
Copyright Tous droits réservés par Guez Photos
  • marc

    Excelent,il est trop fort. Good luck.

  • Pingback: ANDELICIOUS nouveaux titres | Jeff Ferrand()